Racisme
Extrait de la Contribution du MIR au Groupe de travail sur les personnes d'ascendance africaine, Nations Unies, Genève, février 2003 Considérations générales adressées aux experts relatives à : Identification/définition des peuples d'ascendance africaine et Réparations Le Mouvement International pour les Réparations considère que le terme "peuples d'ascendance africaine" englobe l'Afrique et la Diaspora, que celle-ci soit le produit de la déportation esclavagiste ou d'une émigration "volontaire". Restreindre l'identification à la Diaspora ou à une partie de la Diaspora induirait selon le M.I.R. des confusions et ne tarderait pas à entraver la progression du travail du Groupe d'experts. En premier lieu, parce que nombreux sont ceux qui n'appartiennent pas à une seule catégorie, sachant que de surcroît cette appartenance peut varier au cours de l'existence de l'individu. Rappelons que les personnes d'ascendance africaine ayant émigré en Europe, et qui viennent d'Afrique, d'Asie et des Amériques, sont confrontées à un même système de discrimination même s'il y a de grandes variantes en ce qui concerne leur statut juridique/situation politique (avec ou sans papiers, avec ou sans une nationalité occidentale, d'un pays indépendant ou d'un territoire encore sous domination coloniale…), leur situation identitaire/culturelle (parlant leur langue et pratiquant leur ancienne religion, parlant leur langue mais ignorant la religion de leur peuple du fait de la colonisation, parlant un créole, ayant ou non accès à la terre dans leur pays de provenance, ignorant quasiment tout de leur culture africaine originelle…), leur statut social etc. Il y a même parmi les migrants en Europe des personnes d'ascendance africaine ayant fuit l'esclavage arabe. Et le Groupe doit également considérer les enfants nés en Europe; ces enfants privés dans le système institutionnel d'éducation de tout accès à leur culture originelle, contraints de vivre dans un environnement négationniste et soumis à la diffusion d'une idéologie impériale profondément enracinée dans la période coloniale. Cette période coloniale qui se prolonge dans les territoires français des Amériques, de l'Océan Indien et de l'Océan pacifique. En second lieu, c'est un impératif d'aborder les personnes d'ascendance africaine dans leur globalité si le Groupe doit contribuer à bâtir des solutions pour réparer les dommages du passé: Les Réparations sont un processus global, qui concerne le spirituel, le psychologique et le matériel et ne peut être artificiellement scindé. La réparation ou a contrario la non réparation des dommages subis par l'esclave noir actuel de Mauritanie ou du Soudan a un impact direct sur le migrant caribéen en France comme sur l'Africain américain du Canada. Enfin, à propos du manque d'information relative aux personnes d'ascendance africaine en Asie, voici à titre indicatif le site web du Professeur Runoko Rashidi qui (autant que nous le sachions) est actuellement le chercheur d'ascendance africaine qui possède l'information la plus complète en la matière, d'autant qu'il organise chaque année plusieurs voyages en Asie (du Moyen-Orient au Japon… en lnde, Australie etc.) http://www.cwo.com/~lucumi
Africains et Descendants d'Africains Les personnes d'ascendance africaine prises dans leur globalité sont confrontées : - à une occultation/déformation délibérées de leur histoire par les pouvoirs coloniaux; - à une idéologie coloniale de supériorité blanche versus l'infériorité noire, construite de toute pièce pour masquer une escroquerie ; cette idéologie poursuit au présent ses ravages psychologiques et matériels ; - à une citoyenneté de seconde catégorie (même dans les pays gouvernés par des personnes d'ascendance africaine où la vie/mort selon qu'elle est blanche ou noire n'a pas la même valeur) et dans certains cas à une condition infra-humaine ; - à un ciblage des meilleures d'entre elles sur-représentées parmi les prisonniers politiques (en particulier aux USA) et parmi les combattants de la liberté et les martyrs de la défense des droits humains. - à un ciblage du système carcéral occidental qui devient le " complexe carcéral industriel ", moyen d'abaisser les coûts de la main d'œuvre. - à une régression majeure de leur souveraineté alimentaire qui requiert en particulier un contrôle de la terre, des semences et de l'eau ; c'est le cas tant sur le continent que dans les diasporas, des Amériques en particulier. - à une menace pesant sur leur existence même ainsi que l'a par exemple mise en lumière la Commission Vérité et Réconciliation d'Afrique du Sud dans l'Affaire Wouter Basson. Les personnes d'ascendance africaine prises dans leur globalité partagent : - une histoire commune de nombreux milliers d'années antérieurement à ce qu'elles dénomment par le terme swahili de maafa… la grande tragédie. Les personnes d'ascendance africaine prises dans leur globalité, à l'aube du nouveau millénaire, dans une partie croissante de la planète, manifestent massivement leur ferme volonté de reconstruire leur communauté comme un tout, enraciné dans ses propres valeurs. Dans le cycle actuel de pratiquement six cents ans de domination, en dépit de la faiblesse de leur équipement militaire les peuples d'ascendance africaine ont clairement manifesté leur soif de liberté et leur capacité à combattre individuellement et collectivement pour recouvrer le contrôle de leur destinée. Au cours des cinquante dernières années : guerres de libération qui ont apporté les indépendances en Afrique ; combat pour les droits civiques qui aux USA a mené à la déségrégation puis a apporté l'Affirmative action ; combat pour mettre en œuvre une recherche historique et un enseignement débarrassés de l'aliénation coloniale ; combat pour en finir avec l'apartheid politique en Afrique du Sud (la victoire date d'il n'y a pas dix ans) etc. Et encore, avant-garde dans le combat qui dans les années quatre-vingt dix débute en France pour s'étendre à l'Europe afin de dénoncer le statut infra-humain des migrants sans papiers (titres de séjour) et exiger les droits humains pour tous; combat pour libérer les prisonniers politiques aux USA et abolir la peine de mort (Affaire Mumia Abu Jamal…) etc. Enfin combat pour les Réparations (*) porté à la fois par les Amériques et l'Afrique. __________ (*) …d'ordre spirituel, psychologique et matériel - collectives et individuelles, à l'image des dommages infligés. M.I.R., janvier 2001
Accueil Présentation Activités Agenda Mir TV Album Archives Contact Droit de Mémoire Colonisation Spoliation Ethnocides Déportations Esclavage Ecocide Pillage Apartheid Racisme Crimes contre l’Humanité Droit à RéparationMouvement International pour les Réparations
MIR Matinik Association régie par la loi du 1er juillet 1901 -Siège social: 3 rue du Plateau Fabre - Maison n° 5 - 97200 Fort-de-France